Orneuil ou la Forêt Maudite

La France en 1774. Le monde commence à changer peu à peu, mais à Orneuil, petit village du Sud de la France, principal exportateur de bovins et produits laitiers, les villageois ont bien d'autres préoccupations qu'une Révolution prochaine.

 

Leur monde est à la dérive. Les gens font le détour, évitent de passer dans ce village de province, le marché s'effondre, leurs bêtes et leurs produits se vendent moins bien.

 

On parle de "Démons". Il paraît que la forêt est un véritable coupe-gorge et que de nombreux voyageurs n'en sont jamais revenus. Des chasseurs de démons et des exorcistes passent ici pour tenter de combattre le mal dans les rues. L'on appelle des prêtres pour venir prier quotidiennement la rédemption. Cette ville va mal. Les villageois ont peur de se réveiller le matin, et de constater que l'un de leur proche a été éventré sur la place centrale. Les mères ont peur de retrouver le lit de leurs enfants froids et de pleurer un nourrisson de plus. 

Ce village va mal, et les villageois se tournent peu à peu vers la maison d'une femme. Valencia Le François. On dit qu'elle a des dons de clairvoyance, et qu'elle seule peut venir à bout des démons... 

« Maman. Ils arrivent. Les Invités arrivent, il faut les accueillir. Il faut les aider. Parce que les Démons les pourchassent. Les Démons les attendent. Si les Démons les attrapent, c'en sera fini de tout. Fini de Lui. »

« Des Démons, dites-vous ? Je ne vois pas de démons dans ce village. Juste des Hommes. »

Contexte

« Je sais comment tout a commencé à Orneuil.

 

J'avais un amant. Un voyageur rencontré dans la forêt, un homme plein de savoir et plein de sagesse, qui me racontait des milliers d'histoires. J'ai caché cet homme aux villageois, parce qu'il me disait avoir peur des autres, peur de la foule. Nous avons donc vécu dans cette petite maison, à l'écart d'Orneuil.

Mon amant et moi attendions la naissance de notre enfant. Il devait naître pour décembre. Après trois fausses couches et deux enfants morts prématurément, j'ai beaucoup espéré de cette sixième naissance. Lui aussi. Il disait prier Dieu quotidiennement, pour que notre enfant se porte bien, pour qu'il n'ait aucun mal à vivre dans notre monde. Moi, j'avais surtout peur de ne plus être capable d'Enfanter. La fatigue s'abattait sur moi, sur les derniers jours, je craignais d'être trop faible pour mettre cet enfant à terme.

C'est à peu près à cette période-là que les ennuis ont commencé. 

Personne n'a jamais fait le lien et ils ne le feront jamais, mais, une nuit, j'ai senti le besoin irrépressible d'aller prendre l'air. Je suis sortie de mon lit et j'ai demandé à mon amant de m'accompagner. Nous nous sommes rendus dans la forêt. J'adorais la forêt, il régnait là-bas une ambiance douce et chaleureuse qui me rappelait notre rencontre. Alors, j'ai mis mon châle, ma robe épaisse et mes bottes et, munis d'une lampe à huile, on est sorti.

On a été surpris par un bruit, alors que nous marchions. Puis un autre bruit. A un moment, essoufflée, j'ai choisi de m'asseoir sur une souche d'arbre. Le fait est que je me suis endormie. 

A mon réveil, j'étais chez moi, dans mon lit, dans ma tenue de nuit, les cuisses en feu, trempée, mes cheveux étaient devenus blancs, et je tenais une petite humaine dans mes bras.

Cunégonde.

Je n'ai plus jamais revu mon amant après cela. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, et je n'ai pas même le souvenir d'avoir mis ma fille au monde. Pourtant, elle est là. Elle est vivante. Je reconnais dans ses yeux verts le regard de celui que j'ai aimé, et dans ses cheveux roux, l'étincelle de ce qui était ma propre crinière flamboyante. 

J'ai préféré garder mon histoire pour moi. J'ai préféré que les villageois reconnaissent ma fille comme une bâtarde. J'ai préféré la garder dans notre petit cocon et la nourrir d'aventures.

Elle a toujours été spéciale. Particulière. Elle m'a toujours aidée avec une bienveillance extrême, même quand j'ai cessé de marcher, même quand mon corps s'est affaibli. Quand j'ai arrêté de travailler, elle a pris sur elle pour continuer de faire marcher la boutique... Et un soir, elle m'a confié certains de ses secrets. 

Ma fille est spéciale. 

Aussi précieuse que l'était mon amant, elle a un don. Mais j'ai la ferme intention de le cacher. »

 

"Maman. Ils arrivent. Les Invités arrivent, il faut les accueillir. Il faut les aider. Parce que les Démons les pourchassent. Les Démons les attendent. Si les Démons les attrapent, c'en sera fini de tout. Fini de Lui. " »

Vivre à Orneuil

Loin d'être un lieu paradisiaque, c'est un village de province, grand producteur de bovins (il y a beaucoup de champs et d'agriculture au nord). Toute la population se connaît et se retrouve tous les lundis et jeudis à la place du village, sous le marché couvert, pour commercer les quelques bien qu'ils possèdent, et personne ne rate jamais la messe du dimanche matin.


Ce n'est pas un village riche, la plus grande partie des habitants sont de pauvres paysans qui vivent de leur commerce, que ce soit en viande, en lait, ou simplement en fromages et autres produits du terroir. Certaines personnes se meurent dans les rues, d'autres se battent pour la survie en fouillant les restes, mendiant ou tuant. Le monde est loin d'être si difficile pour les habitants du nord du village qui profitent de grandes bâtisses et de la location de leurs terres pour vivre loin de la misère.

 


L'ambiance est en générale assez chaleureuse dans le centre ville, excepté pendant les temps de marché où les riches et les pauvres se retrouvent. C'est un peu la guerre entre eux, les tensions sont plutôt présentes entre ces deux classes. Votre famille fait exception, les riches cherchent à vous acheter, et les pauvres vous apprécient pour le pain peu cher que vous produisez.

Les gens sont très pieux, ils parlent beaucoup du seigneur, tentent de faire le bien, les riches restaurent l'église et les bâtiments administratifs, dans l'espoir de faire de bonnes actions, tandis que les pauvres s'entraident dans leur misère. Tout le monde semble avoir le cœur sur la main, et surtout... Il y a comme un vent d'effroi, quelque chose qui gêne les habitants, mais pourtant, ils n'en parlent jamais. Ils ont peur, et cette peur les force à éclairer leur village la ville.

Vous êtes dans ce monde, de la même Famille, la famille De Midgard. Votre Grand-Oncle qui possédait alors des Terres dans le village vous a légué tous ses biens après sa mort et, voyant que vous pouviez tous vous installer dans les bicoques qu'il a laissées, vous décidez de fuir la capitale, dont les tensions commencent à se faire ressentir, pour vous installer là, tranquillement. Fraternités, mariages, à vous de gérer vos liens.

Vous possédez quelques champs au Nord-Est que vous louez à des paysans, contre un peu d'argent, et surtout, des récoltes. Vous possédez également une petite boulangerie que vous laissez à la charge d'un couple de paysans. Vous leur louez aussi les appartements du dessus. Vous vous retrouvez régulièrement au 'Salon', une grande pièce que vous avez achetée, qui borde la boulangerie, où il vous arrive d'accueillir des étrangers à la Famille. On dit qu'on y donne de très belles réceptions.

Votre mission dans ce monde est assez claire, faire comme si de rien n'était auprès des habitants, vivre comme de petits riches aimés du peuple... Et pourquoi pas, les aider, vous aussi ?

Lieux

Le village est cerné par des collines, au nord, et la forêt, au Sud. Il est placé au centre d'une cuvette. Une seule route y va depuis l'extérieur, c'est une route qui passe entre deux collines au nord. Il n'y a pas non-plus de cours d'eau naturel mais il y a un lac à l'ouest, derrière la maison de Valencia.


Le village est classique, pour un village datant de l'époque médiévale, le cœur de ville accueille une petite église paroissiale romaine avec un clocher gothique, elle est assez harmonieuse, sans être non-plus trop clinquante ; elle fait la fierté des habitants du village. Un ancien fort, à côté de l'église, sert maintenant de bâtiment administratif et juridique. De par son emplacement assez contraignant, en cuvette, la ville médiévale d'Orneuil s'est vue dôtée de remparts, mais aujourd'hui, seuls les remparts sud, ceux qui bordent la forêt, sont maintenus en bon état. Les remparts nord sont en grande partie écroulés. On peut voir quelques morceaux subsister çà-et-là. La ville ne s'est pas développée au delà des remparts puisque la population n'a jamais vraiment augmenté.


Il y a une grande halle couverte dans laquelle les gens font le marché au centre ville. Quelques autres petites boutiques prennent place dans le centre ville, quelques petits cafés qui n'ont pas beaucoup de clients, une boulangerie, une mercerie, un barbier, un boucher. Bref, le strict minimum.


Au nord de la ville, au milieu des champs, de grandes demeures beaucoup plus riches, beaucoup plus belles et entretenues qu'en ville. C'est l'endroit où vivent les riches, qui gagnent leur argent sur la location de leurs terres aux plus pauvres.

-

Vous vivez dans un petit quartier jusque-là abandonné, appelé "Le Quartier de La Croix", parce que les rues forment une croix. Vous avez chacun à votre possession un petit appartement contenant un séjour-cuisine, une petite chambre, une salle de toilette. 

Votre grande famille, puisque vous êtes une seule et même famille, possède également un champ au Nord, et d'autres terres autour d'Orneuil, ainsi qu'une portion de la forêt. Vous avez loué la plupart des champs à une famille de paysans qui vous doit régulièrement de l'argent et une partie des récoltes.

Avec la farine que vous gagnez de ces champs, vous êtes également les propriétaires d'une boulangerie au centre ville, juste en dessous de l'église, réputée pour faire du assez bon pain, à très bas prix. Les pauvres s'arrachent votre pain et ils apprécient votre famille.

Vous possédez également un grand salon privé à côté de la boulangerie où vous pouvez accueillir des gens, ou simplement vous réunir ensemble.

-

Cette ville a une petite particularité, c'est qu'elle n'est jamais dans l'ombre. La nuit, toutes les rues, même la plus petite des ruelles, sont éclairées. Il n'y a pas un lieu avec de l'ombre. Les remparts sont éclairés à l'avant, et à l'arrière, par des lanternes, des bougies, des lampes à huile. Les habitants ne dorment pas dans le noir, toutes les pièces de toutes les maisons sont lumineuses une fois le soir tombé.

Boutique

à Points
 

Consommables :

  • Un paquet de cigarettes (30 clopes) - 8 pts

  • Un paquet de cigarettes (15 clopes) - 4 pts​

  • Argent (2F) - 2 pts

  • Antibiotiques (6 comprimés) : 12 pts

Armes :

  • Couteau : 2 pts

  • Dague : 3 pts

  • Poignard : 3 pts

  • Épée : 5 pts

  • Hache : 6 pts

  • Arc + 20 flèches : 8 pts

  • Arbalète + 20 carreaux : 12 pts

  • 20 flèches pour Arc : 4 pts

  • 20 carreaux pour Arbalète : 6 pts

à Francs

 

  • Poisson et viande : 1F.

  • Pain : 0.5F.

  • Charbon : 0.5F.

  • Farine, sucre, oeufs, beurre : 1F.

  • Café & infusions : 0.5F.

  • Vin : 0.5F

  • Légumes : 0.5F.

  • Vêtements : -1 tenue a été offert par Ef- 0.5F.

  • Tabac : 0.5F par semaine (pour quelqu'un fumant 10 cig/jour)

  • Pipe : 1F.

Partage d'informations

Toutes les informations de Orneuil ont été recueillies dans le PDF ci-dessous.

P.N.J.

Valencia Le François

Mère de Cunégonde, elle travaille dans la poissonnerie, et c'est également la diseuse de bonnes aventures du village. Vous avez besoin d'un conseil avisé ? Venez lui rendre visite.

Cunégonde Le François

Fille de Valencia, elle aide sa mère à la poissonnerie, du haut de ses 10 ans. Personnalité explosive et haute en couleur, elle a une maturité qui laisse sans voix, et une certaine justesse dans ses propos. 

Philippe le garde-chasse

Invité des Mondes et compagnon de F, Philippe est resté dans le monde d'Orneuil après être tombé amoureux de Valencia. Il protège la forêt et ceux qui y pénètrent.

© Créé par le Faiseur de Mondes le 23 Mars 2016. Lancement du site le 20/08/2018.

Mentions légales et crédits images du site en suivant ce lien : www

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now